Des mots (beaucoup de mots) & quelques canards.

Des vidéos improvisées & des éclats de rire.

Des potions pas vraiment magiques & une sorcière un peu illuminée.

Si tu cherches de la folie, du chocolat & une newsletter à l'orange

--> abonne-toi :)

En toute amitié

 Chagrin d'amitié ©-James-ThewUne fois n’est pas coutume, ce n’est pas moi que vous allez lire dans ce billet…

Quoique, vous l’avez déjà lue chez moi, puisque j’ai ouvert mon blog à mon amie et co-auteure de « 21h34 » : Cathy Borie.

Je lui laisse la plume…

« D’abord, merci à mon AMIE Morgane de m’ouvrir son blog ! Ça c’est fait, mais ce n’est pas une simple politesse, puisque le sujet de ce billet est en lien direct avec ces remerciements sincères…Il va s’agir ici d’amitié !

L’amour, on en parle, on en dit des tas de choses, et ce que je pourrais ajouter comme pierre à l’édifice ne ferait sans doute pas grande différence. J’ai vécu moi aussi des passions et des déceptions, des engouements et des atterrissages forcés, des envols et des naufrages… On souffre, on réessaie, on échoue, on s’en remet ou pas.

Mais l’amitié : ça paraît si simple et c’est si compliqué !

Moi, depuis l’enfance, j’ai toujours eu du mal à faire durer mes amitiés : je m’emportais (comme pour tout le reste en général) et puis d’un coup, je me prenais une grande baffe dans la gueule ! Ce que j’avais cru indéfectible et éternel se délitait et fondait comme neige au soleil. Les passions communes, les moments partagés, les promesses faites, rien ne suffisait à faire durer les sentiments, et l’amie me plantait là, pour une autre plus intéressante, plus passionnante, plus démonstrative, plus quoi ? Pas plus fidèle en tout cas, car en amitié comme en amour, la fidélité est une tare que je cultive…

Idem à l’adolescence : ma meilleure amie est partie un beau jour avec mon amoureux (à qui je n’osais pas déclarer ma flamme) et mon solex en prime…

Et puis pareil aussi dans ma vie d’adulte, où l’une me tourna le dos du jour au lendemain en même temps que je divorçais de mon premier mec, et où l’autre quelques années plus tard me renia parce que je lui avais préféré pour un soir un ami masculin qui était dans la détresse et dont je prenais soin…

Mais je suis têtue et donc je m’entêtais. Je ne renonçais pas, je continuais à faire confiance. Et bim ! La dernière claque vient d’arriver ! Là, maintenant, c’est tout récent… Le pire, c’est que je m’y attendais, mais que je ne voulais pas voir, parce que j’aime croire que le pire n’est jamais sûr. Accepter les failles, les erreurs, les petits accidents, l’autre tel qu’il est, même quand il ne va pas, surtout quand il ne va pas, même quand il se trompe, même quand il n’est pas parfait et qu’il fait des conneries, c’est pas ça être ami(e)s ? Pour moi, si.

Alors là j’ai la rage !

Je me dis que, un jour, à force de déception, je prendrai la décision que l’amitié, merde, c’est fini ça aussi ! Mais en fait non : ma rage se transforme en énergie, je brûle, et je veux souffler sur ces flammes pour que d’autres choses en sortent, belles si possibles… Une autre amitié, sans doute ? Bah oui, tiens, évidemment…Et puis je suis assez positive et enthousiaste pour que plusieurs personnes en même temps profitent de ce feu dévorant. Donc je vais le gueuler bien fort : les reniements de certaines ne changeront rien aux passions amicales que je partage avec d’autres, bien au contraire. Se relever d’une chute nourrit la suite du chemin, et je sais que ce chemin sera riche de nombreuses autres rencontres. Ma rage me tient debout, et ça fait déjà longtemps, alors je ne suis pas près de m’écrouler ! Qu’on se le dise… »

Mes livres sont disponibles !
Âmes fortes et coeurs sensibles
L'entreprise de l'invisible

Bonne lecture 🙂

La sorcière qui lisait entre les lignes
signature

Partager cet article

Aucun commentaire pour le moment.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Lis-moi, écris-moi, bouge & parle avec moi»
-Morgane, #moveyourasstofindyourself