Si tu t'abonnes, tu reçois

Clandestine

la newsletter d'une sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

& d'envie de te mettre à écrire

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

Je voudrais parler de ces petites filles

Je voudrais parler de ces petites filles.
Celles qui parlent peu, voire pas du tout, mais c’est pas grave, elles sont si réservées, n’est-ce pas ?
Celles qui ne font pas de bruit, qu’on oublie, qui disparaissent, mais c’est pas grave, elles sont si sages, n’est ce pas ?
Celles qui n’osent pas aller vers les autres enfants, qui sont rejetées parfois, mais c’est pas grave, elles sont si timides, n’est ce pas ?
Celles qui passent leur vie derrière leurs livres, dans leur tête, qui ne font pas de vague, mais c’est pas grave, elles sont si intellos, n’est ce pas ?
Celles qui grandissent et se mettent à dire qu’elles ne sont pas d’accord et qu’on regarde bizarrement.
Celles qui ont un monde émotionnel intérieur tellement intense qu’elles pourraient en mourir.
Celles qui plongent dans l’angoisse s’il y a trop de monde, trop de bruit, trop d’odeurs, trop de contacts.
Celles qui ne comprennent pas et qu’on ne comprend pas.
Celles qui ont un cerveau qui fonctionne d’une manière si étrange, mais bon, ça se voit pas de l’extérieur alors ça n’existe pas, n’est ce pas ?
Celles qui, brutalement, se mettent à dire tout haut des choses pas possibles, mais pour qui elles se prennent ?
Celles qui peuvent écrire des livres, mais tremblent à l’idée de parler à la boulangère.
Celles qui ont un humour tellement chelou et se fichent bien des hiérarchies.
Celles qui sont passées à travers les mailles du filet, car elles se sont adaptées, débrouillées comme elles pouvaient.
Celles qui n’ont pas été diagnostiquées, mais qui pleurent de soulagement quand elles comprennent enfin le puzzle de leur vie.
Celles qui rencontrent d’autres celles, et qui se sentent sœurs, profondément.
Celles qui sont autistes, Asperger, avec des neurones qui vont vite, très vite, sauf à certains endroits.
Celles qui sont comme moi.

Alors, j’ai créé le podcast Le syndrome de l’Hippocampe.
Tous les 15 jours, je raconte ce que ça fait, de l’intérieur.

Partager cet article

2 commentaires
  • Gwen
    19 octobre 2019

    Merci, pour ce tableau, j’y reconnais ma fille, même si je ne la pense pas autiste, ou asperger, mais avec un monde bien à elle à l’intérieur, en décalage parfois, et du mal dans la relation à l’autre, mais capable de dessiner d’un seule traite des chevaux magnifiques, des animaux magiques….
    Amicalement, Gwen

    • Morgane
      20 octobre 2019

      Je lui (vous) souhaite une vie magnifique comme ses dessins 🙂

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Les potions magiques, ça n’existe pas.
La magie de l’écriture, si ! »

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.