Si tu t'abonnes, tu reçois

Clandestine

la newsletter d'une sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

& d'envie de te mettre à écrire

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

Douter

Douter.
C’est mon quotidien.
Je ne parle pas des grands doutes existentiels. Ni de la jalousie ou de la parano qui fait douter des autres.
Non, je parle de ces micros doutes, ces piqûres invisibles et pourtant si douloureuses qui se propagent dans mes tripes.
Avant un rendez-vous. Au moment d’envoyer mon message.
Lorsque je me confronte au monde, que je lui soumets mes créations, que l’autre se confie à moi.

Je doute.

Non pas de mes compétences, mais de mes capacités.
J’ai peur d’être submergée, de ne pas saisir, de ne pas aider.
Je doute de trouver les solutions, même si je sais que je n’ai pas à faire ça.
Le doute, c’est l’irrationnel qui s’insinue dans le mental.
Ce n’est pas une intuition, il persiste, il se nourrit des failles, il pousse à l’inaction.
C’est l’ombre maléfique de l’intuition.
Et pourtant, si je pense essentiel de reconnaître, comprendre et apprivoiser ses doutes, je refuse de les combattre.
Je douterai jusqu’à ma mort, c’est certain.
D’ailleurs, je suis toujours mal à l’aise face aux personnes qui manifestent une grande confiance, qui semblent ne jamais douter, qui disent pouvoir t’aider à les détruire.
Je trouve ça étrange.
Mes doutes font partie de mon humanité, de ma sensibilité, de mon humilité.

Je doute, mais j’y vais quand même 🎃

On m’a dit que douter face à l’autre, c’était insécurisant, qu’il fallait être forte, sûre de soi, experte, pro quoi.
Moi je crois qu’accepter de douter me permet d’autoriser l’autre à vivre sa propre vulnérabilité.
Que c’est dans cette zone de fragilité et de vulnérabilité que peut se construire la puissance. Pas uniquement dans la discipline et la volonté (même si elles ont également leur rôle à jouer).
J’ai écrit ce post car demain j’ai un rendez-vous et je doute.
Je veux lui apporter mon meilleur, être là pour elle, l’aider à avancer. Je veux l’écouter, la challenger, la motiver, la rassurer, la faire rire, réfléchir, lui donner envie d’y aller, quoi qu’il en soit.
Je doute, mais c’est ce que je ferai et de ça, ma foi, je ne doute pas.
J’ai écrit ce post pour me donner du courage.

–> S’inscrire à ma newsletter


Découvrir
Mon roman, Or le monde
signature

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aucun commentaire pour le moment.