Si tu t'abonnes, tu reçois

juste une newsletter de sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

Il est mort et je ne saurai jamais

par Publié le 0

#newsletter

a

Extrait de ma newsletter du je sais pas quand ^^

C’était un « grand patron », d’une « grande entreprise » française.
Celle qui nous vend un liquide inflammable pour faire avancer nos voitures.

Moi qui ne suis guère physionomiste, je me souviens de ses moustaches blanches et de ses lunettes rondes, de son air bonhomme.

C’était un de ces hommes que l’on qualifie systématiquement d’importants, puissants et pressés.  À l’époque, déjà, je ne regardais plus vraiment les infos, mais celle-ci est parvenue jusqu’à moi.

Cet homme qui semblait si différent de nous autres, était pourtant bien notre semblable. Il était monté dans un avion, peut-être y avait-il sorti son ordinateur ou des dossiers urgents. Peut-être une sieste ou un repas en échangeant des choses essentielles sur des sujets brûlants. Et il était mort.

 

Cet homme si important, à qui importait-il vraiment ?

Cette vie qui avait été la sienne, je me demande comment il l’avait vécue. J’aurais aimé savoir ce qui se passait dans son âme, pour de vrai, loin des clichés. J’aurais aimé connaître ses regrets et ses rêves d’enfant.

J’aimerais savoir à qui il manque aujourd’hui. Cet homme-là, comme tant d’autres, se sentait-il lui-même ? Prenait-il ses décisions en fonction de son intuition profonde ? Pleurait-il, hurlait-il, parfois, seul dans la salle de bain anonyme d’un è-nième hôtel ?

Et surtout, j’aurais aimé savoir qu’elle aurait été sa réponse si on lui avait demandé ce qu’il souhaitait accomplir avant de mourir. Savoir si sa vie avait du sens pour lui, s’il assumait tous ses choix intimes, « s’il aurait voulu être un artiste ».

 

Il est mort et je ne saurai jamais.

Aurais-je su, s’il avait vécu, il m’est permis d’en douter, mais qui sait.
Certains parleraient de « destin brisé », je trouve ça étrange, en fait. La mort fait partie de notre destin. Je crois plutôt que c’est à nous de faire en sorte que notre vie soit celle que nous souhaitons vivre, chaque jour, dut-il être le dernier.

Est-ce facile ? À écrire, oui. À lire, ça dépend. À vivre, je ne crois pas !
L’univers semble parfois prendre un malin plaisir à déjouer tous nos plans. Puis, brutalement, il nous déroule un tapis rouge. Avant de répondre aux abonnés absents.

Bref, comptons sur nous-même
avant de tout miser sur lui  

Peut-être que la pression de « réussir sa vie » est trop dure pour certain.es. Ou alors est-ce la pression de « réussir » tout court, alors qu’il s’agit de vivre.

De faire de son mieux.
De ne pas subir trop longtemps quoi ou qui que ce soit, même si c’est soi-même.
D’arrêter de se faire chier soi-même (et les autres !) avec des principes à la con.
De se concentrer sur le cœur de la vie, selon sa propre définition.

Je choisis : prendre mon temps, aimer beaucoup, souvent, rire comme une idiote avec une copine, écrire les mots, (m’)écouter et manger un dernier chocolat, oui allez, encore un, on sait jamais, si je meurs juste après…

Je ne sais pas pourquoi j’ai repensé à cet homme aujourd’hui. Ce samedi joyeux passé à fêter, avec 1 mois de retard, l’anniversaire de ma citrouille, entre manège, gâteau au chocolat et manucure-pédicure. Je crois qu’il m’a marquée comme le symbole d’une vie qui ne m’intéresse pas.

Je ne sais pas pourquoi j’ai eu envie d’écrire ce texte, de le partager avec vous toutes et tous. L’envoyer sans même le relire ni l’agrémenter de quoi que ce soit. Je le fais, voilà tout.

Love, Morgane.

Newsletter envoyée le samedi 25 novembre, à mes abonné.es, comme ça, sur un coup d’âme. (ah ben, voilà la date !). Inscris-toi, je raconte ma vie, mes réflexions et je partage tous les trucs sympas qui croisent ma route.

Bisous

a

Partager cet article

Aucun commentaire pour le moment.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Les potions magiques, ça n’existe pas.
Mais la magie de l’écriture, si ! »

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.