Si tu t'abonnes, tu reçois

juste une newsletter de sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

En toute simplicité

simple...2846,32 euros.

Chaque mois, Romain gagnait cette somme, parfois même plus.

Il avait fait des études et rapidement évolué au sein d’un grand groupe international.

Il n’aimait pas vraiment son job, mais 2846,32 €, quoi.

Il s’ennuyait, commençait à trouver pesants la réunionnite et le présentéisme.

Il savait n’être qu’un numéro, mais passait de bons moments avec ses collègues. Ils se serraient les coudes.

Romain n’a jamais fait partie de ceux qui frémissent lorsqu’arrive la fin (ou le milieu…) du mois. Ni panier percé, ni grippe-sou, il a toujours profité de son aisance financière : quelques placements, de belles vacances, se faire plaisir, gâter sa petite famille.

Et puis un jour… Un jour, Romain a eu un accident. Grave.

Depuis, quand il en parle, il sourit légèrement et dit invariablement, en levant les yeux vers le ciel : « Merci, je suis en vie, merci. Je compte bien en profiter ! ».

Romain n’est pas de ceux qui se lamentent sur leur sort. Romain a des séquelles, il ne sera plus jamais le même : il a un handicap.

Romain n’est jamais retourné travaillé dans la multinationale.

Romain n’a plus jamais touché 2846,32 euros (parfois même plus).

Déclaré inapte par la médecine du Travail. Censé être repositionné à un poste plus adapté au sein de l’entreprise. Hum…

Romain sait qu’il va partir, la tête haute. Sans regret, sans être aigri, sans en vouloir à cette grosse boite pleine d’inhumanité et d’êtres humains. Il sait qu’il ne peut rien contre ce terrible paradoxe…

Il a dit « au revoir » à ses collègues et à son passé, continué à voir ses amis et son avenir.

Romain est un « battant », il a su « rebondir », comme on dit dans ces entreprises-là pour se dédouaner. Image étrange non ?

Romain agit, il décide de se remettre à flots : il a un handicap, certes, mais il peut, il sait encore faire bien des choses ! Il se renseigne, se forme, apprend, se trompe, recommence, réussit.

Nouveau diplôme, stage, CDD… Jour de fierté, jour de joie : un CDI !

Une nouvelle vie commence : un boulot dans une PME, un patron et des collègues à découvrir. Le plaisir de se sentir utile, de se lever pour « faire sa part ».

Romain est heureux.

Romain ne gagne plus que 657,19 euros (rarement plus) par mois, débutant et à temps partiel…

Mais Romain aime son job, aime sa nouvelle vie, aime son entreprise. AIME. Il ose le dire, même pas peur, même pas mal. Il ne sait que trop l’importance de vivre chaque instant intensément.

Romain et sa famille sont à l’abri du besoin. Mais le superflu a pris un sacré coup sur la tête. Réfléchir à deux fois avant de partir en vacances, renoncer au cinéma, faire des choix…

et léger

En toute simplicité

Et… rapidement… se rendre compte d’une chose : il faisait maintenant partie de ceux qui frémissent lorsqu’arrive la fin (ou le milieu…) du mois.

Pleurer un bon coup, puis l’accepter. Est-ce vraiment si grave ?

N’est-ce pas un bon moyen d’envisager son quotidien différemment ?

Se rendre compte que…

::: Que les enfants jouent avec tout et n’importe quoi…

::: Que les médiathèques, les parcs, la forêt, les soirées entre amis où chacun apporte un petit quelque chose, les festivals de rue, les bisous… ça ne coûte pas grand-chose et ça rapporte beaucoup…

::: Que le cadeau fabriqué maison, oui, c’est vrai il n’est pas parfait, mais Mamie est si contente !

::: Que la nourriture industrielle coûte plus cher que le maraîcher du coin et qu’il est fort plaisant de redécouvrir le chemin des fourneaux (et de faire parfois un écart !)…

::: Que la télé/voiture/machine fonctionnera encore quelques années (elle n’a pas le choix, on ne lui demande pas son avis, d’abord)…

::: Que marcher ou se déplacer à trottinette c’est bon pour la santé et pour le porte-monnaie. Et qu’au final on perd moins de temps qu’on ne le croit !…

::: Qu’il n’est point besoin du top de la technologie pour être connecté…

::: Qu’avoir des discussions passionnées, des moments partagés, ça n’a rien à voir avec le compte en banque…

Que la simplicité n’empêche pas de vivre, de s’amuser, d’aimer, de rire, d’avoir des coups de blues, des déceptions et des enthousiasmes.

Que la simplicité permet de porter attention à ce qui le mérite vraiment.

Au début, Romain avait un peu honte de ce changement de niveau de vie. Ses enfants ont joyeusement modifié leurs habitudes, sa compagne ne lui a jamais mis la pression et il a bien vu que sa virilité n’était en rien amoindrie par sa nouvelle vie.

Il a appris à faire ses choix de dépenses et d’investissements. À repousser les désirs fugaces. À retrouver le plaisir de l’attente, de la frustration, à profiter.

Il a oublié d’avoir honte et sait aujourd’hui décliner les invitations « qu’il ne peut se permettre » ou participer à hauteur de ses moyens à lui.

Il vit. En toute simplicité.

Partager cet article

8 commentaires
  • Magaly H
    4 janvier 2016

    En toute simplicité … oh oui !
    Et la (re) découverte du partage, de l’entraide, du soutien … tout en faisant preuve d’humilité.
    Un nouveau fonctionnement, oui, des frustrations, mais beaucoup de joies partagées, en toute simplicité !
    Merci Morgane <3

  • Morgane
    6 janvier 2016

    My pleasure, le bonheur ça tient en quelques mots finalement 😉

  • Anne-Claire
    12 janvier 2016

    Simplicité… Voir la vie du bon côté. Merci Morgane !

  • Morgane
    13 janvier 2016

    A toi, merci 🙂

  • Mel
    1 avril 2016

    Merci pour ce bel article….! Je ne fais que réduire mon salaire depuis bientôt 10 ans…. et maintenant, j’ai envie de remonter aussi!

    • Morgane
      1 avril 2016

      Oui, moi aussi 🙂 Parce que je suis plus consciente de sa valeur et de ma valeur aussi

  • Julie lit au lit
    5 juillet 2016

    Quelle résilience! C’est inspirant! Merci du partage!

    • Morgane
      5 juillet 2016

      My pleasure!

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Les potions magiques, ça n’existe pas.
Mais la magie de l’écriture, si ! »

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.