Des mots & quelques canards.

Des potions pas vraiment magiques & de la folie

--> abonne-toi à ma newsletter :)

Tu recevras mon journal de sorcière un peu illuminée, puis 2 messages chaque mois pour te parler créativité & entrepreneuriat !

Comment ma newsletter chocolatée est passée de 500 à 250 abonné.es… Et pourquoi j’en suis ravie.

par Publié le 6

Retour en décembre 2017.
Depuis plusieurs semaines, j’étais embêtée avec la liste des abonné.es à ma newsletter.

Plusieurs choses me titillaient.
En 2017, j’avais participé à différents événements participatifs dans lesquels des adresses mails avaient été récupérées et l’avaient été transmises. Je les avais intégrées à ma liste, mais je sentais que ça n’était pas juste, ni pour ces personnes qui n’avaient pas forcément compris qu’elles recevraient désormais ma news, ni pour moi car j’ai besoin qu’on me choisisse.

Dit comme ça, ça peut paraître mégalo, mais j’assume.
Je suis persuadée qu’un.e blogueur.se, un.e artiste, une personne que l’on va suivre et avec qui on sera peut-être amené.e à travailler se « choisit ». Même si le hasard fait parfois bien les choses, il peut aussi se révéler poil à gratter.

C’était le cas en l’occurence. Ma liste a plus de 8 ans, date à laquelle j’ai ouvert mon tout premier blog. J’y avais inscrit tous les gens que je connaissais, ah ah, quel.e débutant.e n’a pas fait ça ???
Puis j’ai rencontré au fil des ans des problèmes techniques qui font que j’ai dû entrer à la mano les personnes qui souhaitaient s’inscrire.
Bilan : malgré des désinscriptions régulières (2-3 à chaque newsletter), je voyais encore beaucoup d’adresses sans activité, avec un taux d’ouverture quasi nul, sans parle du taux de clic.

Je trouve ça dommage. Pour moi, car j’ai l’impression de créer dans le vide. Bon, je m’en remets très vite, car les retours réguliers de mes lecteurs.rices me « rassurent » sur mon utilité. Et je suis la première à dire qu’il n’y a pas besoin d’être utile pour créer ah ah ! Dommage surtout d’envoyer des messages à des personnes qui n’en ont que faire. Autant les laisser tranquilles.

Courant décembre, j’ai donc écrit une newsletter en demandant à ceux qui le souhaitaient de se désabonner. Certain.es l’ont fait. Tant mieux. Puis, grâce à la newsetter de Cécile de Blog by yourself, je suis tombée sur l’article de Laurence de De la suite dans les ID. Un article précisant la future législation concernant l’envoi de newsletter à partir du 1er janvier 2018.

En gros, les listes doivent être propres, c’est-à-dire que chaque abonné.e doit avoir fait la démarche de s’abonner. Il/elle doit pouvoir se désinscrire n’importe quand et facilement. Et savoir ce que contiennent les news.

Le 15 octobre dernier, j’ai changé de blog et mon système actuel est paramétré pour répondre à tous ces critères. J’étais donc prête à basculer dans la légalité mouahahah.
Mais comment faire pour mes ancien.es abonné.es ? Enfer et damnation ! Ni une, ni deux, je n’ai pas hésité longtemps, je dois dire.

J’ai décidé de désabonner toute ma liste

Puis de leur demander de se réabonner, si elle ou il le souhaitait, on est bien d’accord. Je passe sur le problème technique qui fait que les premières minutes le système n’a pas fonctionné (j’ai déjà dit que je HAIS la technique ?!? Heureusement que j’ai ma chère Nathalie de Digitale attractive à mes côtés).
Au moment d’envoyer ce message d’auto-destruction, j’avais 489 abonné.es. Deux jours plus tard, j’en avais 134 « pur.es et dur.es ». 15 jours plus tard, soit le 1er janvier 2018, 185.

J’ai envoyé deux autres messages de rappel, fait quelques appels du pied sur les réseaux sociaux et directement chez certaines personnes, mais j’ai aussi choisi de limiter ma dépense d’énergie. Ce qui devait être serait. Celles et ceux qui devaient rester resteraient. Certain.es peut-être s’en rendront compte et reviendront. Ou pas, on peut très bien vivre sans moi, heureusement !

À ce jour, 12 mars 2018, nous sommes 255, j’ai environ 1 à 2 abonnements spontanés par semaine. Et je suis contente d’avoir « perdu » autant d’abonné.es. Parce que j’ai gagné des personnes qui ont choisi de m’accompagner. Merci !

Cette démarche n’est pas facile, franchement ça fait mal au cœur d’avoir l’impression que plusieurs années de travail partent en fumée. Mais c’est bon pour l’humilité et pour la justesse de mes futurs envois.

La dernière fois que j’ai ressenti la même chose, c’est quand j’ai choisi de donner 80% des livres de ma bibliothèque. Je les aimais tous, mais j’avais besoin qu’ils vivent leur vie de livres, à savoir être lus par d’autres personnes. Certains m’ont manqué, je les ai rachetés. Mieux, certains sont revenus jusqu’à moi « comme par magie ». Et d’autres sont arrivés.

Maintenant, je vais continuer d’accueillir celles et ceux qui font le choix de me suivre. Et dieu sait que c’est un vrai choix, car je ne facilite pas l’accès à ma newsletter ! Pas de cadeau, pas de pop-up, pas de webinaire, pas de promesses mirifiques, car ça ne me correspond pas.

Sur ce, si tu veux te (ré)abonner, c’est par ici → Je m’abonne à cette géniale newsletter 😀

C’est un système double opt-in, c’est-à-dire que tu dois recevoir un mail pour confirmer ton intérêt. Si tu rencontres le moindre souci, fais-moi signe 😉

Ah, et pour celles et ceux qui se demandent s’il faut une liste de ouf’ pour faire du business, je dirais… que ça dépend ! On peut en faire avec une petite liste (c’est mon cas) car on a d’autres moyens de com’ (le blog principalement, les interviews, mes livres + un peu Facebook et un zeste d’Instagram en ce qui me concerne), sans oublier l’extraordinaire bouche à oreille (merci à toutes celles et ceux qui parlent de moi, je vous kiffffffeeeee) ou le réseautage physique 🙂

On peut avoir une liste géante et avoir des retours faibles, proportionnellement parlant, si celle-ci n’est pas qualifiée. On peut avoir une petite liste et peu de business ou une grande liste et de super ventes.

Comme souvent, en marketing/communication, les soi-disant règles ne s’appliquent pas forcément à la lettre. Le mieux, c’est de tester. De voir si on a besoin et envie de développer sa liste pour vendre. De trouver SA façon (ou ses façons, pourquoi se limiter ?) de transmettre ses informations. D’attirer des personnes qui aimeront nous lire, nous écouter, regarder nos photos, avoir envie de travailler avec nous.

Je m’en vais d’ailleurs préparer ma prochaine newsletter

Pour écrire les miennes, je ne suis que mon envie et mon intuition. Parce que, tant qu’à faire, autant que je me fasse plaisir !


Lire mon Grimoire

Rejoindre mon atelier d'écriture
Atelier Canard à l'orange

Mes livres sont disponibles !
Âmes fortes et coeurs sensibles
L'entreprise de l'invisible

Acheter la
Conférence Compte de fée

signature

Partager cet article

6 commentaires
  • Aipaminomdas
    12 mars 2018

     »Pas de cadeau, pas de pop-up, pas de webinaire, pas de promesses mirifiques, car ça ne me correspond pas. »

    Merci. Cet article tombe à pic ! Pas encore blogueur,(arrivé dans la sphère depuis trop peu de temps) curieux de tout, je me posais pas mal de questions. C’este la première fois qu’il n’y a pas de cadeau à l’inscription, la première aussi où l’auteur ne s’adresse pas qu’aux blogueuses. Je pense que tu as fait une très bonne révision de méthode. C’est un peu comme de se « débarrasser de tant d’objets accumulés et devenus inutiles.
    Je ne te promets pas que je te suivrai longtemps. Mais ce soir tu m’as un peu réconcilié avec cette forme particulière d’échange. Merci Morgane.

    • Morgane
      15 mars 2018

      Hello « pas encore blogueur » 🙂 et merci ! Ravie de t’avoir apporté un truc différent, I like it. Ma philosophie c’est de ne pas infliger aux autres ce qui me gave. Les pop-ups et cadeaux pas bien folichons suivis d’une floppée de mails qui essayent de vendre des trucs, ça me gave, donc…

  • Cécile
    14 mars 2018

    Yeah je fais partie des privilégiées volontaires !
    Je n’ai pas encore osé faire ça mais, par contre, je désabonne régulièrement les gens qui n’ont pas ouvert mes ‘newsletters’ depuis 3-4 mois (je leur envoie un mail avant pour les prévenir et j’attends qu’ils me supplient de les laisser sur ma liste (on peut rêver non ?)). Je dois faire un article là-dessus d’ailleurs.
    Ravie d’avoir contribué à te faire découvrir le fabuleux RGPD (encore un truc sur lequel me pencher ça).
    Et sinon j’aime pas le mot ‘newsletter’ ça fait trop froide relation marketing… perso j’écris des emails c’est tellement plus facile ^^
    Bises !
    PS : Ces propos décousus sont à mettre sur le compte d’un manque de théine (ne jamais laisser de commentaire avant le p’tit déj’)

    • Morgane
      15 mars 2018

      ah ah ah, mais bien sûr, la faute du thé !!! On y croit tellement Cécile !!

  • Stéphanie LESCHIERA
    25 mars 2018

    coucou Morgane, je te vois de temps en temps passer sur les miennes de newsletter et puis là Lyvia parle de toi et de ton livre dans son live et je viens voir ton site et bam je tombe sur cet article… une belle synchronicité parce que j’ai envie de faire ça depuis un bon moment… ma liste est super waouh, plus de mille personnes… sauf que seulement un quart est actif… alors je n’en veux plus… je veux aussi des personnes qui communiquent et qui sont dans l’échange avec moi, sinon à quoi bon ?
    Je travaille sur la refonte de mon site, donc après ça, ce sera la refonte de ma liste d’abonnés !
    Voilà, merci de me montrer le chemin !

    • Morgane
      25 mars 2018

      Ah Stéphanie, je suis ravie de te lire chez moi ! J’aime beaucoup, beaucoup ta newsletter et tout ce que tu dégages. Et puis une amoureuse des mots et une transmetteuse d’écriture, forcément, j’aime 😉 Au plaisir de se… relire hi hi

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Lis-moi, écris-moi, bouge & parle avec moi»
-Morgane, #moveyourasstofindyourself