Si tu t'abonnes, tu reçois

juste une newsletter de sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

L’expérience : disparaître (ou presque) des réseaux sociaux – Jour 0

Expérience réseaux sociauxSouvent me prend l’envie de disparaître.

Déjà petite, je construisais des cabanes pour y lire des journées entières. Je n’aimais rien tant que m’enfermer dans ma chambre à bouquiner loin du tumulte familial.

J’aime le web. J’aime voir du monde. J’aime être seule.

J’adore la nuit, en ville surtout. J’adore imaginer la vie des personnes que j’aperçois chez eux, grâce aux lumières allumées. Voyeuse ? Pas vraiment, c’est plus mon imagination qui se met en route que le besoin de voir. Sur les réseaux, c’est un peu pareil. Imaginer la vie des autres à travers leurs partages…

Une envie de distance, pas d’éloignement

Je ne vous ferai pas le coup de la « digital detox ». Même si je suis très connectée, ce n’est qu’une partie de ma vie. Je ne regarde jamais les infos, je ne joue à aucun jeu, si j’oublie mon téléphone, je survis.

Mais, parfois, je suis prise de FOMO, la peur de rater quelque chose. Vous savez, ces moments pathétiques où vous rafraîchissez votre FB ou vos mails toutes les 5 secondes, comme si entretemps une révolution avait eu lieu.

J’aime le web et les réseaux sociaux, mais parfois je me sens envahie. Soyons claire, je n’en accuse personne, chacun son usage et charge à moi d’arrêter si ça me dépasse.

J’ai une faiblesse : je suis une commentatrice compulsive.

Et cela prend du temps, surtout si on commence à vous répondre !

Alors, j’ai envie de faire un test. Ne plus rien dire. Et voir ce qu’il se passe, sans pathos, sans analyse psychologique de bas étage (du moins, je vais essayer !), une expérience pas du tout scientifique.

Je répondrai quand on me parle, mais je n’engagerai plus la conversation. Je serai là, mais passive, ce qui ne me ressemble pas. Passerai-je en mode « voyeur » ? Je n’espère pas…

Il y aura certainement quelques entorses, car j’ai quelques engagements que je souhaite honorer. Mais peu importe, c’est ça aussi qui est intéressant dans une expérience. Voir comment on gère les imprévus et les obligations extérieures.

Jour 0 – demain est un autre jour

Je ne sais pas combien de temps l’expérience va durer. Je commence par 15 jours. Du 15 au 31 octobre. De l’anniversaire de mon fils à celui de ma fille, facile à retenir !

Plus de Twitter, plus de partages, quelques passages sur Facebook, en privé. Plus de SMS, de coups de fil. Se faire oublier. 15 jours, ce n’est rien, en plus ce sont les vacances scolaires…

J’ai déjà fait des expériences de ce type, mais avec une grande différence. Je prévenais toujours quelqu’un, voire tout le monde. Là, je ne dis rien. Si statut, ni message privé. Je répondrai aux questions, si j’en ai.

Je suis dans un labo, je suis mon propre objet de recherche.

Espace virtuel bien réel

L’expérience – Jour 1 – Tout est possible.

Matinée sans réseaux. Du moins, je le croyais. Je me connecte sur FB, rien de bien passionnant dans les notifications, j’évite d’aller sur ma time-line mais je suis quand même happée par quelques articles intéressants.

Et, brutalement, 2 MP, puis 3 puis 5 personnes avec lesquelles je discute en live et simultanément…

C’est marrant quand même. Le jour où tu décides de n’utiliser les réseaux que comme machine à café, tout à coup il y un monde fou devant cette fameuse machine… Et c’est top ! Sentiment d’être connectée, sans me forcer. D’être là pour mes ami.es et partenaires sans m’obliger à être hyperactive en ligne.

Je papote, je papote et lorsque chacun a terminé, j’éteins FB pour retourner à ma solitude et à mon clavier.

Interrogation du jour : disparaître des écrans, ça a quelles conséquences ?

Cela a-t-il seulement des conséquences ?

« Loin des yeux, loin du cœur » ? Je n’ai jamais aimé cette expression, tout simplement parce que je la trouve fausse. Pour moi, l’amour, le vrai, n’a que faire des barrières spatio-temporelles ! Je parle de manière large, l’émotion que tu ressens en voyant/entendant/lisant/pensant à une personne qui t’es chère, vivante ou pas, près ou loin de toi : enfant, amoureux.se, ami.e, partenaire, âme sœur, parent.

Et en communication, c’est pareil ? Pour un business, c’est pareil ? Quand on est sa propre communication, son propre business, la question est encore plus pregnante…

Mais ne nous emballons pas. Je ne pense pas que 21 jours d’absence vont signer ma perte ! Plus de 4 ans de présence régulière, passionnée et attentive ne s’effacent pas si facilement.

Alors : vais-je leur manquer ? Va-t-on s’apercevoir de mon silence ?

Cette expérience me fait sourire, j’ai assez confiance pour me dire que cela ne changera pas grand-chose, au fond.

Je finis la journée sur un paradoxe : étrange d’écrire sur les réseaux sociaux sans pouvoir partager sur les-dits réseaux. Pour l’instant en tout cas…

Pour lire la suite –> l’expérience continue ici !

Partager cet article

10 commentaires
  • Anne-Claire
    16 octobre 2015

    Amen !

    • Morgane
      16 octobre 2015

      Bienvenue ma Soeur. Soyez bénie.

  • Magaly H
    19 octobre 2015

    Quelle expérience !
    Absence remarquée … je commençais à me poser des questions quand j’ai lu quelque part sur le web, du côté de chez Djeffa, pour ne pas la citer, que tu faisais un silence fb et autre réseaux …
    Ouf !
    Mais quand même, tu me manques un peu sur fb 😉
    Heureusement, pas dans la vie hors réseaux …
    Et comment le vis-tu , (je vais aller lire la suite, il y a peut-être des réponses !)
    Bisous 🙂

    • Morgane
      20 octobre 2015

      Très bien merci, c’est agréable une cure de silence, je serai encore plus contente de revenir (car je reviendrai !!)

      • Magaly H
        27 octobre 2015

        Ahh ce n’est pas moi qui te dirai le contraire , après ma semaine de retraite en silence, un silence au milieu de plus de 130 personnes …
        Chuuuut … Ça fait du bien !
        Bisous

        • Morgane
          28 octobre 2015

          Moi je rêve d’une retraite au bord de la mer. Et ça viendra !

  • Anne Le Bras-Clermidy
    20 octobre 2015

    Cool Morgane, cette expérience me parle ! Mais chuuut, écoutons le silence 🙂

    • Morgane
      20 octobre 2015

      Chuuuuuuuuuuuut… Bisous ^^

  • abdelhamid
    6 novembre 2015

    Excellent article Morgane. J’ai fait cette expérience en 2010 en allant plus loin. J’ai laissé de côté montre et téléphone pendant 1 mois. J’ai voyagé pendant ce mois et ne me suis jamais senti aussi bien. Si un jour tu constates mon absence c’est que j’ai renouvelé l’expérience.

    • Morgane
      6 novembre 2015

      Merci Abdelhamid, je n’ai plus de montre depuis… 15 ans ! Je te souhaite un beau futur voyage alors 😉

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Les potions magiques, ça n’existe pas.
Mais la magie de l’écriture, si ! »

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.