Des mots (beaucoup de mots) & quelques canards.

Des vidéos improvisées & des éclats de rire.

Des potions pas vraiment magiques & une sorcière un peu illuminée.

Si tu cherches de la folie, du chocolat & une newsletter à l'orange

--> abonne-toi :)

La concurrence, c’est comme les fesses des (autres) filles

La concurrence des fessesTu ne le sais peut-être pas, mais je regarde très souvent les fesses.

Celles des mecs, je l’avoue (plaisir des yeux, gazelle, plaisir des yeux !), mais aussi celles des filles.

Parce que moi, pendant longtemps, mes fesses m’ont complexée. Elles sont comme elles sont, disons que mes jeans sont bien remplis :).

Et quand on a un complexe, qu’est-ce qu’on fait bêtement ? On regarde l’objet du complexe chez les autres. Et on pleure. Et on se lamente. Et on critique. Et on est tellement obsédée (sans mauvais jeu de mot, tu sais bien que c’est pas mon genre), qu’on ne voit même plus tout le reste…

Eh bien, les fesses des autres filles, c’est comme tes concurrents.

Plus tu les regardes, plus tu te sens mal. Ben oui, c’est bien connu, elles sont tellement plus belles que les tiennes les fesses des autres nanas… Et tes concurrents évidemment plus géniaux, plus intelligents, plus plus, plus mieux que toi !

Lorsque tu croises une paire de fessiers qui a la malchance d’être moins qualifiée que le tien (selon tes critères, on est d’accord), tout à coup tu te remplis d’une joie mauvaise : « ah, ben elle, elle est plus moche que moi, yes. » C’est mal, alors tu culpabilises, d’autant plus que c’est aussi le moment où ton mec (ou ta meuf, ce blog étant rainbow friendly) te dit que, lui, ne les trouve pas si mal et arrête un peu d’être focalisée sur tes fesses. Si c’est un mec OMG, il ajoutera : « de toute façon, tout est sublime chez toi mon amour, y compris ton cerveau et ton sens de l’humour » (garde-le). Si c’est juste un mec : « j’aime bien tes seins aussi, tu sais » (garde-le). Si c’est un conn*** « va faire du sport grosse feignasse et arrête de chouiner » (vire-le et va faire du sport si t’as envie).

Pardon Messieurs pour cette parenthèse hautement sexiste, I love you guys (mais que les sympas 🙂 ).

Tes clients, ils sont comme ton mec (non, là, je ne parle plus de tes fesses, enfin, tu fais comme tu veux, bref) : s’ils travaillent avec toi, c’est parce que tu es TOI. Alors, si tu passes ton temps à te comparer aux autres, ils vont finir par aller jeter un coup d’œil, crois-moi…

Donc, là, si tu me suis, tu te dis : OK, donc j’arrête de regarder les fesses de mes concurrents ? (sauf celles de ce bogosse que je croise tous les matins, mais euh, pardon, je m’égare).

Eh bien… Oui et non !

Dans l’absolu, je sais que je devrais te dire que la concurrence n’existe pas. Tu es unique, ton entreprise est unique, sois toi-même et tu seras inimitable. Tout ça, c’est vrai. Mais c’est pas si facile d’arriver à un niveau de détachement et de confiance en soi tel qu’on arrive à oublier tous ceux qui gravitent autour de nous. Et ça n’est pas grave.

Alors, je te propose une première étape pour avancer sur le chemin de ton business. Une première étape pour faire en sorte que ta communication et tous les choix que tu fais pour ton entreprise ne soient plus uniquement dictés par ce que font les autres. Et encore moins par le regard des autres.

Car je sais bien que ton entreprise a la « particularité » d’être sur un « secteur particulièrement concurrentiel ». Lol. MDR. PTDR. Eh oui, le monde est rempli de filles qui ont aussi des fesses. Certaines ont même l’outrecuidance d’avoir des seins, des diplômes, un mec, des enfants, un job, des fringues, des amis… mieux que les tiens ou plutôt que tu vois comme tels !

La concurrence existe donc, mais ce qui change c’est le regard que tu peux porter sur tes concurrents. Car, pour le coup, « la concurrence », ça ne veut rien dire. Ce sont des personnes, des entreprises qui partagent avec toi un secteur, un métier, une cible. Tout ou partie de.

À un moment donné, j’ai essayé de ne plus regarder les fesses des autres filles. Bon, ben, ça marche pas trop. Parfois, c’est même pire parce que tu te mets à fantasmer que TOUTES les filles au monde sont Scarlett Johansonn. Mais une sorte de fantasme négatif, tu vois.

C’est pour ça, qu’ensuite, j’ai changé mon regard. J’ai continué à me comparer, mais en essayant d’en tirer une motivation.

::: Lorsque je croisais un joli fessier, je me disais : allez, ma vieille, tu arrêtes le sucre, tu vas courir et zou. Même que j’ai fini par le faire.

::: Lorsque je croisais des fesses qui auraient pu être les miennes, je me disais : tu n’es pas seule !

::: Lorsque je croisais des moches fesses, je me disais : bon, ben voilà, est-ce que cette meuf est pour autant une moche personne ? Pas du tout.

Et puis, l’étape d’après, ça a été l’humilité : qui étais-je pour juger de la beauté ou mocheté d’une paire de fesses ? La diversité, c’est la créativité, c’est la vie. Que j’aime ou pas, en vrai, on s’en fout ! Je me suis alors rendue compte que ce que j’admirais vraiment, c’était celles qui assumaient leur popotin, quel que soit sa forme. Celles qui se fichaient bien des soi-disant « règles » de la mode et s’habillaient comme elles le voulaient, formes ou pas formes.

Et ça, ça, ça m’a bien plu. Parce que ça, c’est avoir du style. Ça, c’est être une badass aux belles fesses ! Du coup, maintenant mes fesses, je les assume 🙂 et j’ai mon style. Peut-être pas toujours à la mode (rarement en fait) ni très élégant, mais peu importe, c’est moi quoi.

Unique parmi tant d'autres

Eh bien, la concurrence, c’est PAREIL !

Si tu fais semblant d’ignorer ou que tu te compares obsessionnellement à tes concurrents, tu te fais du mal à toi et à ta boite. En général, tu n’en tires pas grand-chose de constructif. À part des doutes, de la jalousie, de la nourriture pour ton (putain de) syndrome de l’imposteur. Si tu commences à avoir du ressentiment, à dire du mal, alors là on risque de te perdre très vite, reprends-toi !

Si tu regardes de manière positive, en t’inspirant, pourquoi pas, de ce qui te parle, te plaît, te semble efficace, ça peut le faire. Mais attention, s’inspirer n’est pas copier… La frontière est parfois bien mince et, franchement, imiter la concurrence, c’est tout sauf créatif !

Alors oui, c’est vrai, c’est tentant de « suivre » les entrepreneures, les blogueuses qui ont du style (C’est valable pour ces messieurs, on est d’accord, juste j’ai décidé que chez moi le féminin était le nouveau « neutre » ah ah). Mais le must, c’est de créer son propre style, sa propre identité. J’ai écrit « créer » ? Non : révéler, faire ressortir, assumer. C’est ce qu’il y a de plus facile et de plus difficile au monde : être soi.

Et ça, tu vois, c’est mon métier, de t’aider à trouver ces mots très spéciaux qui n’appartiendront qu’à toi. Ta marque, ta signature, ta ligne éditoriale… Ton style !

D’ailleurs, j’ai un petit truc si tu veux vraiment ne plus te préoccuper de la concurrence quand tu réfléchis à ton business en général et à ta communication en particulier.

Regarde les fesses des mecs

(NB : si tu es un mec, bon, ben tu remplaces par tout élément que tu regardes avec envie chez un autre mec. Chais pas moi, bagnole, meuf, montre, muscles… Comme tu veux, ça marche tout pareil ! Et tu regardes les fesses des filles (ou des mecs si tu préfères les mecs, oui, je sais c’est difficile à suivre tout ça, on se croirait dans les Anges de machin-bidule). Je sais que tu le fais déjà, de toute façon 🙂 )

C’est vrai ça : les p’tits culs masculins, c’est que du bonheur. Pas de compétition, pas de comparaison compulsive. Juste de quoi mater et rigoler bêtement entre copines.

Les fesses des mecs, ce sont tous les domaines très éloignés de ton business et dans lesquels tu pourras trouver une inspiration à la fois décomplexée et sortant des sentiers battus. Puise dans tes passions, prends les petits chemins loin des autoroutes. Fais-toi plaisir et étonne.

Change de point de vue, clairement, tu as tout à y gagner. Et surtout, s’il te plaît : arrête de te comparer, trace ta route, profite de la vie et garde ça en tête : les fesses des mecs, sérieux, on s’en lasse pas… Enfin, moi, non !

La preuve…

Du 8 décembre 2017 au 6 mars 2018
L'atelier d'écriture Canard à l'orange.
50 messages par mail pour prendre la plume. 85 €.
Rejoins-nous !

La sorcière épistolière
signature

Partager cet article

18 commentaires
  • Marie
    1 juillet 2016

    Alors là c’est du grand Art ! Merci Morgane ! Voilà un article qui tombe à pic ! Et en plus je kiffe comment tu l’as écrit ! Ca en jette grave !!!

  • mel
    1 juillet 2016

    oui, faisons- nous plaisir!!! 🙂

    • Morgane
      4 juillet 2016

      MAIS GRAVE !!

  • Julie lit au lit
    4 juillet 2016

    J’adore! C’est clair et juste assez provocant pour qu’on comprenne bien! Merci!

    • Morgane
      4 juillet 2016

      Ah ah, merci Julie et bienvenue 🙂

  • Anne-Claire
    4 juillet 2016

    Juste.
    C’est juste toi,
    C’est juste vrai.
    C’est juste ça.
    Je lis ces mots et j’entends encore tes conseils, il y a quelques années maintenant. T’es juste un tremplin en fait, limite un trampoline qui envoie vers les étoiles.
    Juste : Merci.
    et tu as juste de jolies fesses.

    • Morgane
      4 juillet 2016

      Juste merci, merci et merci aussi. hi hi (j’avoue je me souviens pas de mes conseils de y a quelques années mais bon, ça devait être intelligent évidemment AH AH AH)

  • Morgane
    4 juillet 2016

    Merci Céline, avec grand grand plaisir !

  • Emmanuelle
    4 juillet 2016

    Bien vu! Excellentissime. Je kiffe grave 🙂

    • Morgane
      4 juillet 2016

      Yeah ! Merci Emmanuelle 😉

  • LE DAUPHIN
    6 juillet 2016

    Tu me fais trop rire, Mo’ 🙂 bien vu !

  • Delphine Debauve
    8 juillet 2016

    Ha ha ha je te découvre et j’adooore !!
    Les 2 pouces en l’air et bonne continuation !

    • Morgane
      8 juillet 2016

      Ah ah ! Merci Delphine 😉

  • chevalier
    9 juillet 2016

    Très bon article merci !
    Et je suis tout à fait d’accord avec « (C’est valable pour ces messieurs, on est d’accord, juste j’ai décidé que chez moi le féminin était le nouveau « neutre » ah ah) »
    je fais pareil sur mon blog 😉

    Quand j’ai lu la parenthèse rainbow friendly au début ça m’a fait bizarre parce que le début de l’article pour moi n’est pas rainbow friendly. Et puis après je me suis dit ; « mais si c’est bien, il faut encourager les initiatives rainbow friendly » et enfin j’ai fini par me dire que le mieux serait d’écrire un commentaire.
    Alors, voilà où j’ai tiqué. « Eh bien, les fesses des autres filles, c’est comme tes concurrents. »
    rainbow friendly serait plutôt  » eh bien les fesses que je compare aux miennes, c’est comme des concurrents. »
    Et sinon j’aime beaucoup ton humour : bravo ! ça fait plaisir de lire une entrepreneuse vivante comme toi !

    • Morgane
      10 juillet 2016

      Hey ! Merci 😉 Tu sais c’est drôle parce que tout l’article, je me suis dit : « qu’en penserais une fille qui aime les filles » ? Et puis aussi « qu’en penserais un mec qui aime les filles. OU un mec qui aime les mecs. Ou n’importe qui qui aime n’importe qui ah ah ». Alors merciiiiiii pour la réponse ^_^

  • bruno
    11 juillet 2016

    Quand je regarde les fesses des filles je trouve que les miennes ne sont pas mal. Quand elles sont moches cela me rassure.
    D’accord pour ramener cela à la concurrence et la comparaison et bien du style de Morgane: direct.

  • Mélanie
    13 novembre 2017

    Magnifique article ! Je remercie myriam de me l’avoir envoyé ! Et lire à relire Et à partager 🙂 Merci beaucoup

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Nouveaux livres entre visible & invisible ! »
-Morgane, #writingwitch