Si tu t'abonnes, tu reçois

Clandestine

la newsletter d'une sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

& d'envie de te mettre à écrire

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

Réseaux virtuels, amitiés virtuelles ?

par Publié le 0

Vive les réseaux !

Lorsque j’ai créé mon entreprise, début 2011, je me suis plongée (assez naturellement) dans le monde des réseaux sociaux. Sans vraiment savoir ce que j’allais y trouver, sans vraiment croire que cela pourrait m’apporter quoi que ce soit, à titre personnel ou professionnel.

Et pourtant.

J’ai trouvé des clients.

Sans même les avoir cherché d’ailleurs ! Au gré des discussions, des partages… Des clients, des vrais.

Des qui savent ce qu’ils veulent.

Des qui respectent mon travail. Me disent s’ils sont satisfaits (ou pas).

Des qui acceptent un tarif « juste ». Et qui payent rubis sur l’ongle.

Et qui sont sympas !

J’ai trouvé des amis.

Des vrais.

Des qui te soutiennent quand il le faut. Qui t’écoutent, qui te conseillent.

Des qui partagent leurs joies et leurs peines. Leurs rires et leur tristesse. Leurs réussites et leurs échecs.

Des que j’ai rencontrés, en « vrai ». Sans jamais être déçue (j’espère que la réciproque est vraie !).

Des qui se révèlent de véritables jumelles spirituelles… (dans les deux sens du terme !)

Alors oui, je crois que les réseaux virtuels ne sont qu’une nouvelle forme de communication. Avec ses règles et ses codes. Ses côtés positifs : l’absence de frontières, la facilité avec laquelle on peut se confier parfois, un certain anonymat qui libère.

Et ses côtés négatifs : l’impossibilité de « voir », de ressentir physiquement son interlocuteur… qui crée parfois une certaine incompréhension. Une peur de l’hypocrisie, de la superficialité des relations. Mais finalement, n’est-ce pas pareil dans le « réel » ?

Et l’amour dans tout ça ? Je ne sais pas… Le mien n’a rien de virtuel. Notre rencontre date d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Un temps où internet n’existait pas…

Mais après tout, pourquoi pas ?

Découvrir
Mon roman, Or le monde
signature

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aucun commentaire pour le moment.