Si tu t'abonnes, tu reçois

juste une newsletter de sorcière un peu illuminée,

des infos sur mes ateliers & autres grimoires

et surtout plein de love

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.

La légitimité de l’entrepreneur ou la question sans réponse

freestyle & légitime ! ©-rcaucino« Comment on fait pour devenir légitime, notamment quand on débute en tant qu’entrepreneur ? »

Il y a quelques jours, je suis allée témoigner auprès d’étudiants de l’ESTRI, dans le cadre de « 100 000 entrepreneurs » et l’une des étudiantes nous a posé cette colle…

Ah, la question de la légitimité. QUI ne se l’est jamais posée ?

Comme cette étudiante, on se demande « comment » on va pouvoir démontrer sa légitimité.

Comme tous les débutants, et même après, on collecte avec frénésie toutes les preuves de nos « compétences ».

Comme beaucoup, on ne sent pas légitime dans tel domaine, parfois même en tant que chef d’entreprise. On minimise ses talents, on a même du mal à croire que nos prestations puissent avoir la moindre utilité.

D’ailleurs, on ne va pas les vendre trop cher, ces prestations. Quand on crée son entreprise, on pense même qu’on doit les offrir, histoire que les « clients » se rendent compte de quoi on est capable… Ou alors, a contrario, pour se prouver à soi-même qu’on est très légitime, on les met à un tarif très élevé, comme font les « stars » du domaine dans lequel on officie. Le « juste prix », c’est très surfait comme concept en fait…

Mais en fait, la vraie question, c’est « pourquoi a-t-on besoin de prouver sa légitimité » ?

On dit souvent que c’est ce que les clients veulent savoir. Un peu comme des recruteurs qui épluchent votre CV, qui vous demandent ce que vous avez fait avant, au lieu de se concentrer sur ce que vous pouvez faire maintenant.

Affiche, démontre, justifie… on nous dit que c’est ce qu’il faut faire pour « réussir dans le business », attirer le chaland. Et pourtant, elles sont pléthores ces entreprises qui appliquent ces règles en vain. Elles sont pléthores qui les ignorent sans conséquences néfastes.

Les diplômes, les références « qui en mettent plein la vue », les témoignages de « clients trop contents », les années d’expérience… ne sont que des outils pour, peut-être, soigner sa tendance à se sentir illégitime. Comme tout le monde, je cède à ces sirènes ! Et pourtant, je suis persuadée qu’au fond, ils ne servent à rien.

Je crois que tout est affaire de rencontre, de feeling. Un jour, une de mes clientes m’a dit « Je suis allée sur ton blog, je n’ai pas vraiment compris ce que tu fais, mais je sais que je veux travailler avec toi »… Que voulez-vous répondre à ça ?

Que c’est peut-être le rôle ultime d’une communication authentique et généreuse : dépasser l’outil pour faire passer un état d’esprit, une façon d’envisager la vie, mettre en valeur un talent, sans artifice. Un peu magique ? Peut-être, pourquoi pas, la fée-sorcière qui est en moi ne le démentira pas…

Intuition, confiance, pari

À la question de l’étudiante, je ne savais pas vraiment quoi répondre. Elle s’attendait peut-être à un inventaire de toutes les méthodes qui prouvent que l’on est légitime. Et moi, je lui ai raconté que ma toute première cliente m’a fait confiance, juste parce qu’elle le sentait… À l’époque, je n’avais vraiment pas grand-chose à proposer : un embryon de blog, une expérience lointaine de journaliste. Mais ça n’était pas important. Elle m’a fait confiance, j’ai pris la balle au bond, j’étais lancée.

Je mentirais si je disais que je n’ai pas douté, que j’étais persuadée que ma prestation serait à la hauteur de ses attentes. Mais je suis certaine qu’au fond de moi, j’y croyais dur comme fer.

L’histoire est belle, je ne sais pas si elle a convaincu et peu importe, car là n’était pas mon objectif. Je sais bien que la seule expérience valable est celle que nous vivons. Mais je crois qu’il est tout aussi important de dire les choses telles que nous les avons vécues, sans idéaliser ni minimiser.

Aujourd’hui, je fête les 4 ans de Mo’ pour mots. Au fur et à mesure des rencontres, avec des clients, de nouveaux amis entrepreneurs, j’ai appris à lâcher prise, à écouter cette fameuse intuition dont on parle tant et qui est si difficile à définir. J’ai appris que l’important n’était pas de prouver que j’étais légitime, mais « simplement » de l’être. Là est la véritable difficulté.

Inside ©-mkaminsky

La légitimité est en toi jeune Padawan

Quelle force que la légitimité pleinement ressentie ! Elle n’élimine pas les doutes et les moments de découragements, mais permet de les repousser pour éviter l’envahissement.

Comme toutes les forces, elle se travaille. Comme toutes les forces, elle demande de faire des choix, de prendre ses responsabilités, d’éviter de basculer du côté obscur.

Car l’entrepreneur légitime est humble, pas méprisant. Il se fait confiance, il fait confiance aux autres, mais il ne compte pas sur autrui pour régler ses problèmes.

L’entrepreneur légitime ne craint pas la concurrence, comme il ne ressent aucun besoin de la dénigrer. D’ailleurs, il n’a pas de concurrents.

L’entrepreneur légitime n’est ni meilleur ni moins bon que les autres. Il met son talent unique au service de ses clients. Viendront à lui ceux qui ont spécifiquement besoin de lui, à ce moment-là. Comme par magie, là encore…

La légitimité ne se décrète pas, elle « est ».

Alors que faire si on ne sent pas légitime ? Peut-être se poser des questions, en poser autour de soi, mais surtout pas en se demandant « comment » (devenir légitime), mais plutôt « pourquoi » (est-ce que je ne me sens pas légitime) ?

Des réponses naîtra, peu à peu, une forme de sérénité, de compréhension sur votre façon de fonctionner. Il faudra également accepter certains aspects de votre personnalité, pas forcément en phase avec ce que la société attend. Et alors, qu’elle attende !

Les autres, comment ils font ?

On croit souvent que les « autres » ont toutes les réponses. Que tel grand chef d’entreprise est forcément très sûr de lui, que telle artiste se sent forcément totalement légitime. On est parfois très loin de la vérité.

Nous sommes nombreux à souffrir ou à avoir souffert du fameux « syndrome de l’imposteur ». Il s’agit de ses personnes (j’en ai fait partie dans une autre vie) qui, pour des raisons diverses et variées, souvent combinées, doutent de leurs capacités et de leur légitimité. Une fois qu’on est engagé dans cette spirale, il n’y a pas grand-chose qui réussit à nous persuader que nous ne sommes pas « mauvais » et on vit dans la peur qu’un jour quelqu’un se rende compte que nous ne sommes qu’un imposteur…

Personnellement, ce syndrome a totalement disparu depuis que j’ai reçu mon tout premier chèque libellé à « Mo’ pour mots » et, surtout, le jour où j’ai tenu mon premier livre imprimé entre les mains. Je l’avais fait. J’étais écrivain, on ne pourrait jamais me l’enlever. On pourrait adorer, détester ou être indifférent à mes œuvres, n’empêche qu’elles existaient, et moi avec.

Alors, vous me direz que finalement la légitimité s’acquiert avec des preuves…

Certes, mais pas celles que les autres attendent de vous, celles qui seront importantes pour vous.

Pour un entrepreneur, cela peut être les remerciements d’un client. Le fait qu’il le recommande à son entourage. Pour un blogueur, le nombre de visites et de commentaires qui augmente régulièrement.

Si vous mangez dans un restaurant où le chef enchante vos papilles, ça change (réellement) quelque chose qu’il soit autodidacte ou qu’il ait fait l’Institut Bocuse ? Pour moi, ça ne change rien. Il est bon, il est bon, point barre. Je reviendrai et je parlerai de lui autour de moi.

Et puis, et puis, car nous sommes des êtres qui aimons malgré tout la reconnaissance sociale, il y a les récompenses, les prix, les citations.

Je serais bien ingrate si je disais que cela ne fait pas plaisir, que cela ne flatte pas. Mais n’oublions pas notre humilité et ne nous laissons pas aveugler par cette reconnaissance. Quelle soit comme la cerise du gâteau, pas le socle de notre légitimité. Pour que nous gardions les pieds sur terre et la tête dans les nuages même lorsque la récompense éphémère aura disparu.

Du concret !

Alors si j’avais un seul conseil « pratique » à donner aux entrepreneurs qui doutent ou à celui qui démarre cela serait : transformez vos idées en actions et mettez vos actions en scène d’une façon qui vous ressemble. Faites de la communication qui vous parle et qui parle aux autres, quoi !

Que vous fassiez un book, un blog, des vidéos, des expos, des démonstrations, peu importe, mettez vos créations en valeur.

Et ne me dites pas que vous êtes trop jeune (ou trop vieux), on ne demande jamais son âge à un artiste dont on apprécie le travail. Pourquoi devrait-on le demander à un entrepreneur ?

Et ne me dites pas que vous n’êtes pas créatif, tout le monde l’est à sa façon. Si vous avez besoin d’être entouré pour réaliser votre rêve, faites-vous accompagner. Si vous avez besoin de libérer votre dragon, lancez un appel ! Si ça se trouve, un incroyable artiste sommeille en vous…

Être légitime, c’est incarner naturellement (pléonasme) son entreprise. En fait, la question de la légitimité est sans réponse…

Car lorsqu’on se sent légitime… on ne se la pose tout simplement pas !

 

Pendant l’écriture de ce billet, deux belles synchronicités. Tout d’abord, l’article d’Anne Delacour, multi-entrepreneure, multi-blogueuse et multi-maman : La maman est un entrepreneur comme les autres – ma prise de conscience.

Et le lancement d’une conférence par le réseau Entrepreneur(e)s de valeurs sur le thème : « Devenir un entrepreneur légitime… ». Je n’y serai pas et croyez bien que je le regrette…

J’avais renoncé à mettre une vidéo, ne trouvant rien qui puisse illustrer mon propos et puis, comme par hasard, je tombe sur celle-ci. Ce prof de théâtre et ses élèves, vous croyez s’ils se sont demandé s’ils étaient légitimes pour faire cette choré ? En tout cas, ils l’ont fait et c’est funky !

Partager cet article

29 commentaires
  • beatrice
    2 février 2015

    Un article qui me parle Morgane… car même après des années, je me demande encore si sur tel ou tel projet je suis légitime ? Mais plutôt dans le sens : « Suis-je la bonne personne pour ce projet » ? Est-ce qu’il résonne en moi dans le sens, est-ce que j’en ai VRAIMENT envie ? Et si la corde de la guitare ne vibre pas juste, alors je préfère ne pas y aller… Car j’ai besoin de travailler à l’unisson avec moi-même. Quand tout s’accorde, je crois qu’on est capable du meilleur ! Et cette musique là porte au-delà de tout !

  • Magaly H
    3 février 2015

    Tellement vrai ! Cette question de légitimité peut même devenir paralysante. Et dans ce cas là, effectivement, appeler à l’aide pour sortir de cette spirale est salvateur. J’en parle en connaissance de cause, comme tu le sais. Et j’en prends réellement conscience en te lisant, et en en parlant …
    Des coups de pieds qui font se bouger et qui permettent de reprendre confiance en soi, qui permettent d’oser en toute cohérence, d’être alignée et donc se sentir légitime au fond de soi.

    Merci pour cet article qui résonne bien en moi en ce moment !

    Et merci pour cette magnifique vidéo, vraiment top cette choré, quelle joie et légèreté de la part de tous. ( et le prof est plutôt pas mal, ce qui ne gâche pas le plaisir !!)

  • Violette P
    3 février 2015

    Je découvre ton blog au hasard d’un partage sur les réseaux sociaux, pour tomber sur cet article qui tombe à point nommé.
    Je suis actuellement dans cette spirale négative où je me sens aussi illégitime pour mon travail que pour ma passion. Alors ça m’a fait beaucoup de bien de lire ce billet, pour me rappeler d’être juste avec moi-même.
    Merci beaucoup !

    • Morgane
      4 février 2015

      Merci Violette et heureuse d’avoir pu t’aider par mes mots. A bientôt !

  • Morgane
    4 février 2015

    Ah Béatrice, je ne peux que t’approuver. Je crois que tu as trouvé ta légitimité, sans contrefaçon !

  • Morgane
    4 février 2015

    Merci Marie. De toute façon, du jour où on ne te dit plus que tu es trop jeune, on te dit que tu es trop vieille ! Alors, bon, qu’ils restent tout seuls et tant pis pour eux 🙂

  • Morgane
    4 février 2015

    Le prof est CARREMMENT CANON. Moi je la regarde juste pour lui en fait (j’avoue) hi hi.

    • Magaly H
      8 février 2015

      Hannnn, m’en doutais 🙂

      • Morgane
        9 février 2015

        Ah bon ? C’est bizarre, c’est pas mon style de mater les beaux garçons ^_^

  • Sophie
    5 février 2015

    Tu as tout compris Morgane !!! Il faut croire que tu entres (déjà) dans la sagesse.

    J’ai eu moi aussi cette question qui me lancinait (et j’ai encore des périodes de doutes parfois).
    Mais j’essaye de relativiser. Certaines personnes peuvent douter de nos compétences, justement parce que c’est l’image que nous pouvons donner, malgré nous.
    En ce qui me concerne, j’écoute, maintenant, ma petite voix qui dit « vas y pour celles et ceux qui te font confiance »
    Et je garantie à tout le monde, que ça allège énormément du poids des autres auxquels finalement nous n’avons pas besoin de penser. Genre 80% (rire)

    Il y a aussi une solution: sous-traiter ! Je n’ai eu aucun complexe à te faire travailler, parce que cela me soulageait et que je savais (encore ma petite voix) que tu me donnerais le résultat que j’escomptais.
    C’est à ce moment , comme tu écris si bien, qu’il faut être humble, et ne pas croire qu’on peut tout faire. Personne ne peut tout maîtriser, alors pourquoi se fatiguer à essayer, en vain.
    Bref, restons zen 🙂

    • Morgane
      8 février 2015

      Merci Sophie 😀
      Tu as raison, lâcher-prise, c’est bon pour la santé 😉

  • Gwenaelle Carré Guyot
    11 février 2015

    Morgane,
    j’attendais la soirée des EDV hier soir pour lire ton article.
    Ce matin je le découvre avec beaucoup de plaisir.
    Sujet essentiel, et pour autant, presque pas important.
    La légitimité, il n’y a que nous même qui pouvons nous la donner. Le reste, ce ne sont que des signaux extérieurs qui nourrissent notre égo.
    Suis je légitime dans ce que je fais? et bien.. je le fais, et d’autres me trouvent assez légitime pour me faire confiance. Un jedi un jour a dit au jeune padawan « n’essaie pas, fais le ».
    Alors faisons. Agissons. Ecoutons notre intuition, notre coeur. Et soyons des faiseurs, non des diseurs.
    La légitimité se coud au fil de l’action. Elle est la couture qui répare les accrocs de notre histoire.

    Je t’aime Mo!!!!! merci du fond du coeur pour cet article.

    • Morgane
      11 février 2015

      Merci à toi et je t’aime aussi 🙂
      J’aurais tant aimé être à cette soirée, ne serait-ce que pour te rencontrer (enfin). Hâte d’avoir des retours.
      « La couture qui répare nos accrocs », j’aime.

  • abdelhamid
    11 février 2015

    L’action , passer à l’action. C’est par son action que l’on est reconnu et la parole de l’action nait ainsi. Agir c’est exister et pas prouver que l’on existe et l’exigence de légitimité va de paire avec la justification. On n’a pas à se justifier d’exister ou d’agir. Ton roman c’est toi et tu es une partie de ton roman. Il ne va de même pour ton entreprise. Elle existe par toi et parce que tu es toi.

    • Morgane
      11 février 2015

      Que veux-tu que je te réponde Abdelhamid : c’est ça ! Merci 🙂

  • Annie
    16 février 2015

    Bonjour Morgane,

    je viens de suivre un fil qui m’a mené jusqu’à toi et à ton très bel article.
    Merci.

    Tu parles de synchronicité. De mon côté, je dis que le hasard prouve souvent sa non-existence…

    Quand on intervient pour 100.000 entrepreneurs, on se doit d’être préparé à ne pas être préparé. Les étudiants nous surprennent toujours par l’intelligence de leurs questions et de leurs remarques. J’en ai aussi fait l’expérience une nouvelle fois il y a une dizaine de jours.

    La légitimité est au cœur de tout et souvent de tous. Tu en fais une belle analyse. C’est un sujet sans fin. Merci de mentionner la soirée du réseau Entrepreneur(e)s de valeurs. Nous y avons ouvert des portes afin que chacun(e) puisse mener sa réflexion.
    Et ce serait un vrai plaisir de pouvoir t’y recevoir, un jour prochain 😉

  • Morgane
    17 février 2015

    Bonjour Annie et merci !
    Je suis ravie du fil qui t’a menée jusqu’ici. Je partage ton enthousiasme concernant « 100 000 », je ne m’en lasse pas et j’en ressors toujours boostée. Au plaisir de se rencontrer, la date de la prochaine soirée est déjà dans mon agenda 😉

  • Oui oui oui oui oui !!!!!!
    Je plussoie sue le côté « magique » d’une « communication authentique et généreuse » à la sauce fée-sorcière 🙂

  • Morgane
    25 février 2015

    Hey ! Salut Marjorie, vive la magie, l’âme agit comme dit my dear friend Céline B. Biz 🙂

  • Patricia
    25 février 2015

    Aaaahhhh cette fameuse légitimité… Et en même temps, elle nous offre un joli curseur sur la confiance et l’estime envers nous-mêmes.
    Quand elle commence à pointer le bout de son nez et qu’elle nous fait douter, c’est qu’il est temps de regarder ce qui coince et ce qu’il y a à réajuster.
    Donc, pour moi, elle fait partie du jeu et je remarque qu’elle est aussi instable que le reste, suivant la forme avec laquelle je me lève le matin 😉
    Merci pour cet article agréable à lire Morgane car toujours aussi bien écrit.
    Pat

    • Morgane
      25 février 2015

      Merci Patricia de ton passage chez moi, c’est bien vu cette histoire de curseur. Tu as raison, le doute fait partie du jeu, il nous aide aussi finalement, si on ne le laisse pas prendre toute la place

  • Claudia YogaPassion
    5 mars 2015

    Bonjour Morgane,

    Je viens de découvrir ton blog et cet article en particulier et j’aime beaucoup !
    Je suis entrepreneure depuis cet été en tant que professeur de Yoga et blogueuse et je suis passée par tout ce questionnement que tu évoques…

    Je pense que la confiance en soi vient peu à peu et qu’il est surtout important de s’entourer de personnes positives, inspirantes et motivantes !

    Je vais suivre ton blog et je te souhaite une superbe continuation !
    A bientôt,
    Claudia

    • Morgane
      6 mars 2015

      Merci Claudia, bienvenue ! Au plaisir de se « revoir » alors 😉

  • Gaëlle Germain
    15 mars 2015

    Bonjour Morgane,
    Merci pour cet article pertinent, sensible, informatif…
    En guise de témoignage, ma qualité d’autodidacte m’a fait douter quinze ans durant de ma légitimité en tant que secrétaire de rédaction, une fonction où il est pourtant difficile de tricher. Lorsque j’ai suivi des formations (éditing, écriture créative), j’ai réalisé que je savais déjà beaucoup de choses, souvent affaire de bon sens et de rigueur intellectuelle.
    Depuis, je me suis formée à la relation d’aide à travers la psychologie humaniste de Carl Rogers : l’Approche centrée sur la personne. J’accompagne des personnes qui s’interrogent sur elles-mêmes. Avec elles, je retrace leur chemin vers leur légitimité, sans recette magique, juste avec ce qu’elles sont et ce que je suis. Sans être dans l’hyper assurance, je conquiers chaque jour cette part de confiance en moi. Et votre blog, je le sens, fait désormais partie de ces petites pierres sur mon chemin. Plus question d’attendre quinze ans 🙂

  • Antonin
    25 mars 2015

    Hello,

    Ton article est très juste ! Se poser la question de sa propre légitimité est très important en phase de réflexion du projet, mais cette question de la légitimité doit être évacuée à partir du moment ou on se lance, car c’est un boulet qui nous retiens, nous pèse. La solution : se mettre au plus vite au boulot pour ne pas avoir le temps de ressasser 🙂

    Bizzz

    • Morgane
      25 mars 2015

      Merci Antonin ! Oui, passer à l’action, c’est une excellente solution 🙂 Et aussi, être bien entouré…

  • Gwennan Melscoet
    27 mai 2015

    Salut Morgane,

    Article très intéressant sur un sujet au combien concernant pour beaucoup d’entrepreneurs.
    Et la vidéo !!! Elle est juste excellente ! Merci !

  • Morgane
    1 juin 2015

    Merci ! J’ai eu un coup de coeur pour ce prof et ses élèves 😉

  • Une vie sans lundi #68 - Je ne suis plus la même
    28 juillet 2015

    […] Ah, la question que tout-e entrepreneur-e / créateur se pose. Mon amie Morgane a fait un bel article dessus. […]

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Les potions magiques, ça n’existe pas.
Mais la magie de l’écriture, si ! »

En cliquant sur valider, j'accepte de recevoir sur cet email les actualités et offres personnalisées du site canardalorange.com. Je dispose d'un droit d'accès, rectification et suppression de mes données et peut me désinscrire à tout moment via les liens de désinscription en bas de l'email.
J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité du site.